Iridologie

« La santé est un équilibre global …où tout compte !
Prenons de bonnes habitudes quotidiennes pour préserver notre capital santé. »

L'iridologie ?

L'iridologie,
une technique d'investigation

L’iridologie se définit comme étant « une méthode d’examen du segment antérieur de l’œil, l’iris, pour établir un bilan de santé, organique et métabolique ».

En repérant la causalité des problématiques de dysfonctionnement corporel, l’iridologie conduit à un travail de fond et de terrain modifiant la source même des dysfonctionnements.

Cette technique d’investigation va déterminer le terrain, la constitution, le tempérament, ainsi que le degré fonctionnel des organes internes dans le but d’aider l’organisme à réagir favorablement par rapport à une situation d’évolution (maladie, déficiences, déséquilibre euro- végétatif, carences etc…)

L’œil constitue un organe autonome et chaque partie de la trame (partie colorée de l’œil) est en rapport réflexe par le biais de milliers de ramifications nerveuses provenant des systèmes nerveux sympathiques et orthosympathiques. Une première relation avec le corps et ces nombreuses ramifications aboutissent au niveau de la surface colorée de l’œil.

L’œil est donc exposé à subir le retentissement de toutes les affections du système nerveux dont il est une émanation puisque l’œil est au niveau embryonnaire de la même souche que le cerveau.

Toutes modifications de couleurs de certaines zones de l’iris sont provoquées par des modifications intervenues dans le métabolisme cellulaire d’un organe donné. Cette modification est en rapport étroit avec les phénomènes de polarisation et entraine un virage de teintes (surpigmentation ou dépigmentation) selon la variation d’un milieu intérieur (acide ou basique);

« Si l’œil ne contemple pas, l’œil ne verra pas. »

Proverbe oubykh

Ce qu'il faut retenir

Une analyse approfondie

Ce qu’il faut retenir de cette méthode :

En résumé, un signe irien, ne sera en effet que la projection d’un trouble du système nerveux autonome innervant un organe ou de sa vascularisation. Ce n’est pas, bien sûr, la visualisation directe de l’organe qui est offerte mais la résultante de multiples projections, d’une série de circuits neurologiques et vasculaires.

Elle vient en appui d’une analyse approfondie où d’autres techniques interviennent, mais nos iris parlent également de nos énergies qui circulent, de nos émotions..

Concrètement, l’œil permet d’avoir un bilan de l’équilibre du SNV, des échanges hormonaux, de l’équilibre acido-basique, de la présence et la quantité de toxines, de l’état du système digestif… Par répercussion, on obtient une identification des causes des dysfonctionnements.

nunc ut sem, fringilla sit ut sed Aenean Praesent